Infos et réservations au 01 45 65 36 50 usa@tangka.com

La Californie : la côte californienne

La Californie : La côte californienne

La Pacific Coast Highway n° 1 serpente, tout au long de la côte, du Nord de San Francisco aux abords de Los Angeles. Cette route mythique se tient en équilibre sur le flanc de la roche et présente des points de vue exceptionnels (à voir absolument lors d’un circuit privé USA).

Il faut prendre le temps de l’arpenter et de faire une halte dans chaque ville qui s’offre au voyageur : Monterey, cité historique ; Santa Barbara, dédiée à d’éternelles vacances ; San Diego, la superlative, Carmel, la paisible…

L’arbre de Josué

Un peu oublié des circuits touristiques, un autre« monument national »californien mériterait un regain d’attention : Joshua Tree, parc naturel de plus de 2 200 km2 situé à l’est de Palm Springs, entre l’interstate 10 et la highway 62. Faiblement fréquenté, ce splendide paysage aride ponctué de grands empilements rocheux doit son nom au seul végétal capable d’y survivre et de s’y épanouir :« l’arbre de Josué », grand et surprenant cactus qui pullule dans ce coin de désert et seulement ici. Le groupe de rock U2 avait fait de Joshua Tree l’emblème de l’un de ses albums, auquel il avait donné son nom.

Pacific coast highway – Los Angeles By: David BerkowitzCC BY 2.0

Monterey

Quitter San Francisco par le sud, en direction de Los Angeles par la route n° 1. La première ville d’importance, que l’on atteint par la mythique et superbe Pacific Coast Highway, également connue sous son ancien nom d’El Camino Real,« le chemin Royal », qui remonte à l’époque de son tracé par les Espagnols, au XVIIe siècle. Une baie où ont accosté les navires… et les artistes.

Longtemps capitale de la Californie à l’époque où l’État était sous domination mexicaine, Monterey est une« vieille »ville, selon les standards américains, puisque sa fondation par des marchands et des religieux espagnols remonte à la fin du XVIIIe siècle. Une implantation justifiée par la belle et ample baie : plus de 60 km de Santa Cruz au nord jusqu’à la ville de Monterey proprement dite, installée dans la partie sud, où pouvaient relâcher les navires.Plus tard, la ville est devenue un pôle d’attraction pour de nombreux artistes et écrivains, parmi lesquels Robert Louis Stevenson, l’auteur de L’Ile au trésor, et John Steinbeck, qui y a situé l’action de certains de ses romans.

Suivez le guide !

Entre Fisherman’s Wharf et Cannery Row s’étend une pointe rocheuse où des familles de phoques par dizaines prennent le soleil. Spectaculaire. Pour les trouver, facile : suivre , à l’oreille, leurs« aboiements »…

De la pêche à la plage

Aujourd’hui, Monterey a troqué son passé de port de pêche pour une franche vocation balnéaire et touristique.La ville en elle-même, sans être spectaculaire, ne manque pas d’attraits, avec des centres d’intérêt comme le Monterey Bay Aquarium (886, Cannery Row, ouvert tlj de 10 h à 18 h, tél. : (831) 648 48 00. Entrée payante), plus de six cents espèces, de la pieuvre au requin, en passant par la raie et la loutre ; Fisherman’s Wharf, vaste complexe d’anciennes maisons de pêcheur en bois sur le front de mer, rénové en marina de plaisance, ou encore le secteur historique de Cannery Row (autrefois le site des grandes conserveries de baleine puis de sardine, qui devait inspirer à Steinbeck sa Rue de la Sardine ), désormais entièrement reconverti dans le tourisme.

Les environs de Monterey

La péninsule, en particulier, offre une grande richesse de paysages encore sauvages. Parmi les promenades à faire, le Seventeen Miles Drive, très belle route côtière en boucle côtoyant alternativement forêts de cyprès, greens de golf et bords de mer au relief accidenté (attention, voie privée, accès payant).Pacific Grove et Point LobosPacific Grove, une localité réputée pour accueillir chaque année de novembre à mars un phénomène naturel assez rare, la migration des papillons monarques.

Point Lobos, dans la partie sud (Point Lobos State Reserve, Route 1, Box 62, Carmel, tél. : (831) 624 4909, ouvert tlj de 9 h à 17 h en automne et en hiver, et jusqu’à 19 h au printemps et en été, entrée payante pour les véhicules), une réserve où s’ébattent de nombreux oiseaux et mammifères marins (éléphants de mer, phoques, loutres) « résidents » habituels de la région.

Carmel enfin. Monterey est le point de passage pour rejoindre, quelques kilomètres plus au sud, la très chic et assez charmante station balnéaire de Carmel, dont l’un des titres de gloire est d’avoir eu pour maire il y a quelques années un certain Clint Eastwood…Mission San Carlos de Borroméo3080 Rio Road, tél. : (831) 624 1271, ouvert de 9 h 30 à 17h du lundi au samedi et de 10h30 à 17h le dimanche. Entrée payante.Ne manquez pas de visiter cette délicieuse mission (1771), parfaitement entretenue et assurément le plus beau témoignage architectural dans tout l’Etat de ces havres de paix et de sérénité que furent les missions.

San Simeon

La ville de San Simeon ne présente pas d’attraits particuliers en elle-même, mais est essentiellement connue pour héberger sur son territoire le grandiose et un peu délirant Hearst Castle.Hearst Castle750, Hearst Castle Road, ouvert de 8 h à 18 h de mars à septembre et de 9 h à 17 h d’octobre à février. Se visite uniquement en groupe guidé et payant, à réserver impérativement à l’avance en téléphonant au (800) 444 4445 depuis les Etats-Unis, ou le (916) 414 8400 extension 4100 depuis l’étranger.

Du nom de son fondateur et propriétaire, le milliardaire de la presse William Randolph Hearst (1863-1951), dont la légende assure qu’il servit de modèle au Citizen Kane de Orson Welles.Une colossale folie architecturale, un« château de conte de fées », dont la construction entreprise dans les années vingt n’était toujours pas achevée à la mort du tycoon, malgré les trente millions de dollars engloutis dans sa réalisation…

Pas toujours d’un goût exquis (tous les styles y cohabitent dans un désordre certain), mais les meubles, livres et œuvres d’art, réunis dans sa demeure par ce collectionneur prodigue qu’était Hearst, constituent sans aucun doute un véritable trésor.L’endroit est suffisamment tapageur et mégalomane pour mériter le détour.

San Luis Obispo

Pas d’attraction majeure mais une atmosphère plutôt agréable et détendue dans cette cité universitaire, ville étape pour le voyageur. La plaza Centrale est flanquée de la mission San Luis Obispo de Tolosa, à laquelle on peut consacrer une brève visite (tél. : (805) 781 8220, ouvert de 7 h à 17 h en été, de 7 h à 16 h le reste de l’année, pas de droit d’entrée mais les dons sont les bienvenus).

Madonna Inn : le summum du kitsch à l’américaine100, Madonna Road, tél. : (805) 543 3000.Ne manquez pas d’aller boire un verre au fameux Madonna Inn. Rien à voir avec la chanteuse américaine : Monsieur Madonna et Madame sont les concepteurs-propriétaires de ce délirant hôtel, spécialisé dans la lune de miel, dont chacune des 108 chambres est une « pièce unique »au décor thématique (caverne, tipi, bonbonnière, spécial romance, etc.)… souvent atroce aux yeux des Européens !

Santa Barbara

Dernière étape de taille avant Los Angeles, lorsqu’on arrive de San Francisco, Santa Barbara est un peu l’archétype de la ville balnéaire californienne : une version locale de la trilogie luxe, calme et volupté, sur fond d’ensoleillement maximum, de maisons anciennes en adobe, d’apparent farniente et de plages interminables. Bref, un mixe plutôt séduisant qui explique probablement que d’assez nombreuses vedettes aient élu domicile ici, à 150 km à peine au nord de Hollywood.

Quelques centres d’intérêt

Hormis les plaisirs de la mer et de la flânerie, quelques spots intéressants peuvent motiver une halte : la mission franciscaine Santa Barbara(2201, Laguna Street, tél. : (805) 682 4149, fermé le lundi, ouvert tlj de 9 h à 17 h, entrée payante),le quartier très sélect de Montecito, où Charlie Chaplin fit construire un hôtel, toujours ouvert, à la fin des années 1920 ; le Santa Barbara Museum of Art(1130, State Street, tél. : (805) 963 4364, ouvert tlj, sauf le lundi, de 11 h à 17 h, entrée payante) : œuvres antiques, peintures de la Renaissance et de l’époque impressionniste.

Ne manquez pas de flâner dans l’artère de la ville, State Street, qui concentre l’essentiel de l’animation et des activités commerciales.

Solvang

Située au nord de Santa Barbara.C’est par ailleurs depuis Santa Barbara que l’on rallie d’ordinaire cette curieuse petite ville, une communauté créée au début du siècle par des immigrés danois dans un style architectural fidèle à leur pays d’origine : moulins à vent, maisons à colombage et toits de chaume, en pleine Californie ! Même les étals des boulangeries-pâtisseries ont un parfum de Danemark, c’est dire…

Ventura

La ville a peu à offrir au visiteur de passage, si ce n’est d’être le point de départ des bateaux pour Channel Islands(accès libre, renseignements sur le port au Visitor Center,1901, Spinnaker Drive, tlj sauf Thanksgiving Day et Christmas Day de 8 h 30 à 17 h, tél. : (805) 658 5700), un archipel de huit îles à une bonne vingtaine de miles de la côte, ancien territoire des Indiens chumash, devenu aujourd’hui un National Park inhabité, en l’occurrence une réserve animalière, où prolifèrent éléphants de mer, otaries, phoques, pélicans, cormorans, etc.

De Noël à mars, on peut aussi tenter d’apercevoir les baleines en train de migrer vers le sud.Mission San Buenaventura211, East Main Street, Ventura, tél. : (805) 643 4318. Ouvert tlj de 10 h à 17 h, entrée payante.Ventura possède une mission datant de 1782.OjaiCette petite ville, nichée dans les collines au-dessus de Ventura, abrite le siège de la Krishnamurti Society, chargée de répandre l’enseignement du célèbre philosophe et théologien indien qui a fait de nombreux adeptes dans le monde entier, mort ici même en 1986.

Pandas au Zoo de San Diego

Pandas au Zoo de San Diego

San Diego

Un peu oubliée des circuits touristiques traditionnels, et pourtant… Site d’implantation historique de la première des missions californiennes par les colons espagnols (mission San Diego de Alcala), longtemps principale agglomération de l’Etat, San Diego demeure la deuxième ville de Californie par sa population.Une étape fort agréable aussi, où se conjuguent quartiers et bâtiments anciens, espaces verts, modernité architecturale, ambiance balnéaire décontractée et nombreux centres d’intérêt.

Old Town

Situé sur Presidio Hill. C’est un petit quartier de quelques blocs où sont conservées les bâtisses anciennes en adobe de style espagnol, qui ont été le point de départ de l’expansion de la ville. Belle vue sur le reste de la cité depuis Presidio Observation Point.

Centre ville

C’est à Downtown , en revanche, que s’incarne la modernité de San Diego. Forêt de gratte-ciel de toute sorte, shopping malls sophistiqués et profusion de boutiques, le tout dans un bel effort pour conserver un caractère humain et vivant à cet environnement de verre, de béton et d’acier.

Lorsqu’ils veulent s’oxygéner, les locaux n’ont que quelques pas à faire pour pénétrer dans Balboa Park , impressionnant poumon de verdure de cinq cent soixante hectares ( !) en plein cœur de la ville, qui, outre sa végétation généreuse, présente l’avantage de regrouper des bâtiments coloniaux historiques, un très riche zoo et plusieurs musées (art, science, histoire naturelle, anthropologie, etc.).Sea World500, Seaworld Drive, ouvert tlj à des heures variables (à partir de 9 h ou 10 h jusqu’à 19/20 h voire au-delà, selon les saisons), tél. : (619) 226 3901. Entrée payante.

Sur le front de mer, ce célèbre parc met en scène sur des dizaines d’hectares de bassins et d’aquariums l’univers marin et ses habitants : orques, dauphins, otaries, pingouins, requins, au total quelque cinq mille espèces.

Un peu plus au sud, le Cabrillo National Monument (dédié au premier découvreur, portugais, de la côte californienne, en 1542) offre un magnifique panorama sur San Diego.

Presqu’île de Coronado

Une promenade sur la presqu’île de Coronado permet la visite du prestigieux hôtel Del Coronado, presque un monument historique puisque ce très cossu établissement victorien a accueilli (et accueille encore) depuis son ouverture, en 1888, une ribambelle de chefs d’Etat, têtes couronnées, milliardaires et célébrités, ainsi que le tournage du fameux Certains l’aiment chaud, de Billy Wilder, avec Marilyn Monroe.

Excursions depuis San Diego

San Diego est en général le point d’accès pour les excursions dans le désert d’Anza Borrego ; à l’est, dans l’ancienne ville minière de Julian ; au nord, au lac de Salton Sea ; et, évidemment, au sud, à Tijuana, la villefrontière mexicaine, distante de 25 km seulement.

Palm Springs

On constate, d’abord, l’étrangeté de l’existence même d’une telle ville… improbable oasis de verdure au cœur même d’une longue vallée parfaitement désertique, la Coachella Valley. Palm Springs tire son nom des sources chaudes existant dans les environs. Mais, surtout, c’est par excellence la retraite des milliardaires et du show business, qui ont dépensé des sommes folles pour faire surgir de somptueuses propriétés (pratiquement impossible de les voir, elles sont barricadées et surprotégées) magnifiquement arborées et irriguées dans ce lieu aride et caniculaire. La ville compte ainsi pas moins de 42 terrains de golf ! On ne connaît pas le nombre des Jacuzzi et des piscines privées…

Sommaire Guide USA Ouest

Inscription newsletter USA-Tangka

Lire la suite du guide

The East Coast, de Boston à Washington

The East Coast, de Boston à Washington

1950 € TTC - 9 jours / 7 nuits

Les grandes villes historiques de l'Est des ... Voir le détail

Merveilles américaines de Montréal à New York

Merveilles américaines de Montréal à New York

2070 € TTC - 12 jours / 10 nuits

Un combiné qui vous en fera voir de toutes les ... Voir le détail

Autotour Route 66

Autotour Route 66

685 € TTC - 15 jours / 14 nuits

Partez en autotour sur la célèbre route 66 en passant Voir le détail

La Louisiane authentique

La Louisiane authentique

745 €- 8 jours / 7 nuits

Venez découvrir les mystérieux bayous, les plantations et ... Voir le détail