Infos et réservations au 01 45 65 36 50 usa@tangka.com

La Californie : Los Angeles / Beverly Hills, Downtown

La Californie : Los Angeles / Beverly hills, Downtown

Sans aucun doute l’une des plus grosses concentrations de fortunes de toute l’Amérique. Installé dans un décor de collines entre Hollywood et Westwood, prolongé à l’ouest par le quartier presque aussi huppé de Bel Air, Beverly Hills, refuge préféré du show business local, vaut surtout la visite pour son accumulation de somptueuses villas (dont certaines d’un goût très… américain) et l’impression de richesse qui se dégage de son entrelacs de rues et d’avenues impeccablement entretenues.

Un clin d’œil aux demeures des stars

Difficile concrètement de faire mieux qu’apercevoir un peu de cette richesse, toutes ces demeures étant surprotégées du monde extérieur et leurs habitants très jaloux de leur tranquillité. On peut néanmoins, ne serait ce que pour jouir du calme des lieux et de la créativité des paysagistes et jardiniers du cru, improviser un circuit passant par les maisons de quelques stars de légende (Elvis Presley, Charlie Chaplin, Walt Disney, Alfred Hitchcock, Kirk Douglas, etc.) et boucler la balade par Rodeo Drive, l’avenue hyperchic du quartier, où se concentrent toutes les boutiques des grandes marques de luxe internationales.

University of California at Los Angeles

En direction de Westwood.
L’imposante et célèbre université de la ville, l’Ucla, mérite la visite pour son agréable campus composé de bâtiments de style italien éparpillés au milieu d’espaces verts, le tout dans une ambiance détendue, presque farniente ; et pour les complexes récréatifs alentour : boutiques, cinémas, bars et restaurants peuvent faire l’objet d’une agréable halte.

Downtown

Downtown, le « centre-ville » de Los Angeles, est en fait l’un de ses nombreux quartiers, au même titre que les autres. Il s’en distingue légèrement, toutefois, par son ancienneté historique et son urbanisme vertical : c’est le seul district de la ville à avoir développé une architecture de gratte-ciels.

Downtown la nuit

Occupées la journée par une population d’employés, les tours se vident en soirée à la sortie des bureaux, rendant Downtown à ses résidents permanents : une faune bigarrée et pittoresque où s’entremêlent immigrants de fraîche date, familles mexicaines installées depuis des lustres et minorités ethniques de toutes origines. La mauvaise réputation de Downtown, autrefois méritée, ne l’est plus tout à fait. En partie rénové, le quartier a fait des efforts visibles pour se mettre en valeur. Certes, les bars borgnes et hôtels miteux de certaines de ses rues évoquent encore parfois un roman de Bukowski, le grand romancier américain de l’alcool et des dérives nocturnes. Mais c’est après tout une partie de sa légende.

Les quartiers de Downtown

En journée, les ambiances chaleureuses et les architectures (en particulier ses vieux cinémas désaffectés) du Downtown historique, témoins d’un beau passé, porteuses d’un charme ancien et un peu trouble, méritent vraiment la visite. Parmi les destinations possibles dans le secteur, on peut retenir le quartier mexicain, le long de Broadway, le Grand Central Market (317, SouthBroadway, tél. : (213) 624 2378, ouvert tlj de 9 h à 18 h), agréable marché coloré en activité depuis 1917 (attention, photos interdites) et, tout près, le superbe Bradbury Building , vénérable bâtisse centenaire où fut en partie tourné le célèbre Blade Runner de Ridley Scott. On peut aussi à quelques blocs de là, sur les hauteurs de Downtown, découvrir le splendide complexe Music Center (135 North Grand Avenue, tél. : (213) 972 7211), qui abrite notamment le Walt Disney Concert Hall, superbe opéra aux lignes futuristes dessiné par l’architecte Frank Gehry.

Quartiers à risques…

Los Angeles n’est pas a priori plus dangereuse que n’importe quelle autre grande ville américaine. Pourtant, la criminalité n’y est pas non plus un fantasme, alors, prudence. Il y a à Los Angeles des quartiers à éviter, quelques-uns en toute circonstance, comme Watts, l’ensemble de South Central, ou les zones situées au sud de l’aéroport ; d’autres à la nuit tombée, comme certains secteurs de Downtown. D’une façon générale, mieux vaut ne pas circuler seul(e) à pied le soir hors des quartiers où sortent traditionnellement les Angelinos, comme Sunset Boulevard. Et, dans le doute, le mieux est encore d’interroger les« locaux »et de suivre leurs conseils.

El Pueblo de Los Angeles

Situé dans la partie nord de Main Street.
Le site historique hispano-mexicain où se regroupèrent, il y a plus de deux siècles, les premières baraques de fermiers qui allaient plus tard donner naissance à la ville de Los Angeles.
Restauré, aménagé en parc, ce« village fondateur »est aujourd’hui un centre touristique important où s’agglutinent les inévitables restaurants mexicains et boutiques de souvenirs.

Santa Monica

LE grand quartier balnéaire de Los Angeles. Longues plages de sable blond, surfeurs bronzés, beautés fatales en« microbikini », atmosphère d’éternelles vacances, bref un concentré de la douceur de vivre californienne, exactement telle qu’on se l’imagine.
Santa Monica, c’est aussi le point final de la mythique route 66, qui démarre à Chicago et traverse tout le continent d’est en ouest. Quelque chose comme l’aboutissement suprême du rêve américain, en somme… On comprend que les pionniers du siècle dernier aient poussé leurs chariots toujours plus loin vers l’ouest pour atteindre cette Terre promise.

Soleil, sourire, shopping

Pas d’attractions particulières ici, l’ambiance sea, sex and sun se suffit à elle-même. On peut toutefois aller flâner sur le Santa Monica Pier , imposant et très fréquenté ponton de bois qui s’avance dans la mer, ou encore arpenter la Third Street Promenade, plaisante artère piétonne récemment rénovée où se concentrent boutiques, restaurants et galeries marchandes en tout genre. Détente et sourire à tous les étages !

Venice

Dans le prolongement de Santa Monica le long du bord de mer, en direction du sud.
Devenue célèbre pour la contre-culture américaine qui s’y est épanouie à compter de la fin des sixties , Venice Beach doit initialement son nom aux canaux qu’y fit creuser un excentrique Californien en 1924, après avoir découvert la Venise d’origine lors d’un voyage en Italie. Inutile de les chercher, tous ont été comblés depuis des décennies !

Cultures alternatives et sculpture du corps

Venice demeure un important foyer de toutes les cultures alternatives (New Age, mysticisme, etc.), rendezvous de prédilection des routards, des artistes, des marginaux, des illuminés et plus généralement de tout ce que la côte ouest compte d’« originaux ». Ça fait du monde… C’est aussi, de gymnases de remise en forme en clubs de body-building, un haut lieu de ce culte forcené du corps et de la forme physique dont les Californiens semblent avoir fait, ces dernières années, leur nouvelle idéologie.

Body-building, santé & Cie

Le corps – et tout ce qui le concerne – est depuis plusieurs années la grande affaire des Californiens. Musculation, implants, liposuccion, régimes et pilules miracles de toute sorte, rien n’est trop beau pour cultiver sa santé et se fabriquer une enveloppe corporelle digne des athlètes de compétition. Une passion tellement excessive qu’elle en devient envahissante : les fumeurs, par exemple, sont littéralement proscrits partout, y compris aux terrasses de café en extérieur ! Pour un bon aperçu de ce nouveau culte, il suffit de flâner sur les plages de L.A., par exemple sur cette portion de front de mer à Venice très justement surnommée… Muscle Beach !

L’art du regard

S’il n’est guère conseillé d’y traîner à la nuit tombée, Venice offre en journée (grosse affluence le week-end) une atmosphère plutôt bon enfant, où se mélangent, dans un désordre séduisant, vieux hippies sympathiques et un peu fatigués, petits commerces ambulants, athlètes occupés à sculpter leurs deltoïdes, rappeurs, médiums pseudo-orientaux, musiciens en plein air, familles en balade, bateleurs et sportifs de tout poil. Une jolie cour des miracles, en somme.
Toute cette foule hétéroclite est un spectacle en soi, un grand happening permanent auquel on peut aisément consacrer plusieurs heures d’observation.
Attention, bon nombre des personnages de la plage, visuellement les plus spectaculaires, ont fait de leur look un véritable métier, et ne se laissent photographier qu’en échange d’espèces sonnantes et trébuchantes.
Pour un aperçu rapide, rester dans les parages du Sidewalk Cafe, où se concentre en général le plus fort de l’animation.

Malibu

Les fans de Pamela Anderson peuvent passer leur chemin, ils ne risquent pas de l’apercevoir : Alerte à Malibu est une invention des traducteurs français de la fameuse série TV, plus sobrement intitulée, en anglais, Baywatch . De plus, ce quartier de bord de mer, dont les plages et les collines alentour abritent effectivement les résidences de nombreuses stars de la musique et de l’écran, est tellement bardé de murs, de clôtures et d’enceintes diverses qu’il est bien difficile d’en apprécier le charme, réel ou supposé. Même le simple fait de pouvoir jeter un œil, à distance respectable, sur l’une des fameuses maisons de bois sur pilotis installées sur la plage, les pieds dans l’eau, relève de l’exploit… Quiconque y parvient se sent d’ailleurs un peu floué : coincée entre la mer et l’autoroute, cette étroite bande de terre dont les parcelles se vendent pourtant de véritables fortunes, paraît pour le moins surfaite.

J. Paul Getty Museum

1200, Getty Center Drive, tél. : (310) 440 7300. Ouvert de 10 h à 18 h du mardi au jeudi et le dimanche, et de 10 h à 21 h vendredi et samedi, fermé le lundi. Entrée libre, parking payant.
Du nom de son fondateur, richissime industriel des pétroles et collectionneur d’art acharné toute sa vie durant, ce musée renferme de superbes collections, parmi les plus riches des Etats-Unis : peintures des grands maîtres européens (Rembrandt, Rubens, La Tour, Poussin, Goya, Van Gogh, Degas, Renoir, etc.), dessins, sculptures, mobilier, manuscrits enluminés, photographies… Depuis janvier 2006, le musée s’est enrichi d’une extension, la Getty Villa in Malibu (17985, Pacific Coast Highway, Pacific Palisades, California 90272, ouvert du jeudi au lundi de 10 h à 17 h, fermé mardi, mercredi et jours fériés, entrée gratuite mais réservation obligatoire, même tél.), spécialisée dans les antiquités grecques, romaines et étrusques.

Sommaire Guide USA Ouest

Autotour Route 66

Autotour Route 66

685 € TTC - 15 jours / 14 nuits

Partez en autotour sur la célèbre route 66 en passant Voir le détail

L’Est en Liberté – Circuit en train

L’Est en Liberté – Circuit en train

1042 € - 8 jours / 7 nuits

De New York l’internationale ... Voir le détail

Le meilleur du New-York State

Le meilleur du New-York State

1065 € - 10 jours / 9 nuits

Découvrez un Etat riche et intéressant. Au programme : ... Voir le détail

Cascades et Pacifique

Cascades et Pacifique

1280 € TTC - 14 jours / 13 nuits

Découvrez l'ancien pays de l'Oregon, sa fabuleuse ... Voir le détail