Infos et réservations au 01 45 65 36 50 usa@tangka.com

Le Nouveau Mexique : Gallup, Taos

Le Nouveau Mexique : Gallup, Taos

Une confluence d’empreintes historiques intenses. Celles des Espagnols, via le Mexique ; des pionniers blancs arrivés par la mythique route de Santa Fe ; des Indiens, enfin, dont le réseau des pueblos parcourt encore l’Etat. Avec un tel mélange, comment ce grand et beau désert n’aurait-il pas un parfum de magie ?

Encore une région sous-peuplée : un peu plus d’un million et demi d’habitants pour l’un des plus vastes Etats de l’Ouest américain. Il faut dire que le Nouveau-Mexique – rien moins qu’un hasard si son emblème végétal est le yucca… – est, à peu de chose près, un immense désert. Mais un désert superbe, riche, toujours surprenant avec ses amples reliefs (c’est ici que viennent disparaître les ultimes formations des Rocheuses), ses villages indiens si bien fondus dans leur environnement, ses hauts plateaux battus par le vent sous un ciel immense.

Les grands espaces encore et toujours, que parcouraient autrefois les chercheurs de turquoises entre Santa Fe et Albuquerque, le long de la Turquoise Trail. Ou que parcourent toujours, dans une version beaucoup plus moderne, les aérostiers du monde entier lorsqu’ils se retrouvent à Albuquerque, capitale internationale de la montgolfière… Quelque chose comme une terre de liberté.

La piste de Santa Fe

Le Nouveau-Mexique n’est pourtant pas un nouveau venu. Même s’il n’a rejoint que tardivement les Etats de l’Union (en 1912 seulement), il compte quelques-uns des sites historiques les plus anciens de l’Amérique actuelle, à commencer par certains pueblos indiens installés ici depuis plus de mille ans. La fondation de Santa Fe, sa capitale, par les Espagnols remonte à 1609. Pour les pionniers américains du XIXe siècle, ce nom est resté longtemps synonyme d’un ailleurs à atteindre, autrement dit d’une vie meilleure.

Après qu’elle a été explorée dès 1806 pour le compte de l’armée par l’officier Zebulon Pike, la mythique« piste de Santa Fe », malgré ses fatigues – les convois de chariots ne faisaient guère plus de 3 km à l’heure – et ses dangers (les Indiens), allait ainsi devenir à partir des années 1820 l’un des principaux axes d’expansion vers le sud-ouest.

Un immense terrain d’aventure

Le tourisme au Nouveau-Mexique se concentre en général sur un grand quart nord-ouest riche en ambiances typiques et en témoignages historiques, entre Gallup, Taos, Sante Fe et Albuquerque. Le reste de l’Etat, moins fréquenté, se prête davantage à l’inspiration du moment : Roswell et son parfum de Rencontres du troisième type ;

Fort Sumner, ancien lieu de déportation des Navajos et des Apaches, dont le cimetière abrite aujourd’hui la tombe de Billy the Kid ; les sables éblouissants de White Sands, à quelques kilomètres de la fameuse base militaire où fut testée, juste avant Hiroshima, la toute première bombe atomique de l’histoire de l’humanité ; les grottes de Carlsbad National Monument, là-bas, tout près du Texas. Il suffit de se laisser porter : après tout, ce grand désert n’est-il pas depuis toujours un immense terrain d’aventures ?

Gallup

A la lisière ouest de l’Etat, à peu près à mi-chemin de Flagstaff et Albuquerque, Gallup pourrait presque faire partie de l’Arizona voisin. En effet, c’est comme principal foyer des activités indiennes de la région que la ville a établi sa réputation, bien qu’elle ne fasse pas formellement partie du territoire de la réserve navajo toute proche, de l’autre côté de la frontière. Elle est souvent considérée comme la véritable « capitale » économique des réserves indiennes alentour et le point d’accès le plus pratique pour visiter Zuñi Pueblo, vers le sud en bordure de la réserve zuñi.

Artisanat indien

La ville, vingt mille habitants sans compter les itinérants qui viennent travailler ou s’y« rafraîchir »(on y trouve de l’alcool, ce qui n’est pas le cas des réserves, où il est prohibé…), ne se distingue pas vraiment par son charme ou son originalité, mais la ville compte, en revanche, d’assez nombreuses boutiques d’artisanat indien. La fabrication et la vente de bijoux, en particulier, constituent l’une de ses spécialités.

Artisanat indien By: PRECIOSA ORNELACC BY 2.0

Les Indiens, maîtres du jeu

Les visiteurs sont parfois surpris de découvrir, sur le territoire de certains pueblos indiens du Nouveau-Mexique… des casinos ! Leur existence a en fait une raison économique. Socialement marginalisés et souvent durement touchés par le chômage, les Indiens se sont vu accorder une autorisation dérogatoire pour exploiter légalement les jeux d’argent (interdits dans le reste de l’Etat) là où ils vivent, manière de compenser par les revenus du jeu le« manque à gagner »que leur vaut leur situation de minorité défavorisée. Et voilà comment, de Camel Rock à Acoma, les anciens maîtres de la région, peuple vaincu, se sont aujourd’hui métamorphosés en croupiers…

Inter Tribal Indian Ceremonial

Fréquentée pour ses multiples rodéos, Gallup attire chaque mois d’août un fort contingent de touristes lors du festival de cérémonies et de réjouissances indiennes, l’Inter Tribal Indian Ceremonial.

Taos

L’une des principales étapes touristiques de l’Etat. A juste titre : implantée dans un beau paysage de montagnes basses, la jolie ville de Taos, intelligemment rénovée dans un style hispano-pueblo, possède de toute évidence un cachet. Aux yeux des Européens, ce charme réel mais un peu apprêté, manque évidemment d’une certaine authenticité. Néanmoins, l’ambiance nonchalante et détendue de Taos, avec son environnement de bon goût, est un vrai ballon d’oxygène dans cette Amérique, où tant de villes et de villages manquent dramatiquement de caractère et d’attrait.

Après tout, sont-ils si nombreux ces endroits où, comme sur l’agréable plaza centrale, on peut tranquillement prendre un verre en terrasse loin de l’agitation automobile ? D’autant que Taos, qui justifie une journée de visite, est à échelle humaine, le centre-ville, parsemé notamment de nombreuses galeries d’art et de boutiques d’artisanat, pouvant aisément se parcourir à pied.

Une ville pour les artistes

Visitor Center, ouvert tlj de 9 h à 17 h, tél. : (505) 758 3873.

Fondée au début du XVIIe siècle par les Espagnols, la ville est en effet depuis longtemps un pôle d’attraction pour les artistes. Le plus connu d’entre eux reste l’écrivain anglais David HerbertLawrence (1885-1930), auteur du fameux Amant de lady Chatterley , qui vécut ici plusieurs années et dont le ranch, à quelques kilomètres au nord de la ville, se visite désormais comme une sorte de monument historique(ouvert tous les jours, tél. : 776 2245, entrée payante).

Taos compte plusieurs petits musées de peinture, comme le Harwood Museum (238, Ledoux Street, tél. : (505) 7589826. Entrée payante) , ainsi que d’anciennes maisons d’artistes restaurées, ouvertes à la visite, telle La Hacienda de Los Martinez (ouvert tlj de 9 h à 17 h, tél. : (505) 7580505. Entrée payante), sur Ranchitos Road au sud-ouest de la ville.

Histoire encore avec une autre figure locale, Kit Carson, célébrité de l’Ouest dont on peut explorer la maison pleine de ses souvenirs (Kit Carson Home & Museum, Kit Carson Road), avant d’aller voir sa tombe dans le plaisant Kit Carson Park(E Kit Carson Rd, ouvert tlj de 9 h à 17 h de mai à octobre, téléphoner pour les horaires d’hiver, tél. : (505) 758 0505. Entrée payante).

Kit Carson

« He led the way »(« Il a montré le chemin »), proclame la pierre tombale de Christopher« Kit »Carson (1809-1868), dans son cimetière à Taos. Mais, comme pour Buffalo Bill, encore faut-il nuancer« l’héroïsme »de cette figure historique. Trappeur, scout, guide, soldat, chasseur, ce baroudeur né dans le Kentucky, qui entre autres exploits mena à bon port une expédition du gouvernement dans les Rocheuses le long de l’Oregon Trail, a certes joué un rôle dans l’ouverture du pays vers l’ouest, incitant d’innombrables colons, par sa stature d’American pionneer intrépide, à suivre son exemple.

Mais l’homme fut aussi, on le dit moins, un tueur d’Indiens, responsable notamment du massacre du canyon de Chelly, qui vint à bout de la résistance des Navajos. Tous les héros ont leur légende noire…

Taos Pueblo

Ouvert de 8 h à 16 h 30 du lundi au samedi et de 8 h 30 à 16 h 30 le dimanche, sauf les jours de cérémonie, tél. : (505) 758 1028. Entrée payante.

L’attraction majeure de Taos reste cependant Taos Pueblo, le village indien installé à quelques kilomètres au nord-est de la ville. Un véritable trésor historique : des datations scientifiques ont établi que ce site est occupé en continu par sa population indienne depuis plus de mille ans !

Un lieu paisible

A voir, d’abord pour son charme visuel : les très simples habitations d’adobe à étages, qui font cercle autour d’une place centrale coupée par un petit cours d’eau, la petite et très sobre église, d’adobe également, les montagnes en arrière-plan, le tout dans une ambiance champêtre, bercée par les gammes de jaunes et d’ocres des bâtiments.

Devant de nombreuses maisons, des fours ovoïdes dans lesquels les femmes font cuire un pain à base de farine de maïs. Sur l’un des flancs de la place, des structures de bois entrecroisé à l’apparence fragile où la tribu prépare sa nourriture d’hiver : piments rouges tressés en grappes, maïs ou encore viande de daim que l’on fait sécher au soleil.

La visite

Attention :l’accès à l’intérieur des maisons est interdit et toute photo est soumise à autorisation et à paiement.
Le pueblo est autoadministré par un conseil tribal. Une douzaine de« familles élargies », environ 200 personnes, y vivent encore (le district de Taos compte un total de 1 500 Indiens). Ils accueillent chaque année un million de visiteurs, qui peuvent acheter des produits locaux dans les jolies boutiques d’artisanat indien qui bordent la place, et se promener dans le village. Néanmoins, l’endroit est clos lors de certaines danses et cérémonies, ainsi que chaque soir.

Sommaire Guide USA Ouest

Inscription newsletter USA-Tangka

Autotour Sous le soleil de Floride

Autotour Sous le soleil de Floride

450 € TTC - 8 jours / 7 nuits

Découvrez la Floride, ses plages, son soleil et Miami, ... Voir le détail

Autotour Route 66

Autotour Route 66

685 € TTC - 15 jours / 14 nuits

Partez en autotour sur la célèbre route 66 en passant Voir le détail

La Louisiane authentique

La Louisiane authentique

745 €- 8 jours / 7 nuits

Venez découvrir les mystérieux bayous, les plantations et ... Voir le détail

Le meilleur du New-York State

Le meilleur du New-York State

1065 € - 10 jours / 9 nuits

Découvrez un Etat riche et intéressant. Au programme : ... Voir le détail