Infos et réservations au 01 45 65 36 50 usa@tangka.com

La Floride : Miami

La Floride : Miami

 
 
 

L’Etat du soleil : Sunshine State. La plaque des automobiles immatriculées en Floride ne ment pas lorsqu’elle affiche cette promesse. Un ciel toujours bleu, une douceur de vivre exemplaire pour un circuit USA et, plus encore, une Amérique aux couleurs acidulées des tropiques avouant deux passions, la beauté des corps et les vertus du dollar, qui feraient presque oublier que la Floride est également une magnifique région, bordée de plages immenses, riche d’une nature soigneusement protégée, terrain de jeux grandiose pour les petits comme pour les grands… Sunshine State !

Rappel historique

Etirée sur 670 kilomètres, la péninsule est peuplée de 13 millions d’habitants. Tallahassee en est la capitale mais c’est Miami qui en est la ville principale.

Possession espagnole en Amérique, vendue aux Etats-Unis en 1819 pour 5 millions de dollars, la Floride a toujours gardé le lien avec le monde hispanisant. Elle est l’escale préférée des Latino-Américains, des Cubains, Nicaraguayens et autres Dominicains qui rêvent d’Amérique. Du reste, l’espagnol y est, au côté de l’anglais, langue officielle, un cas unique dans le pays, même si nombre d’autres Etats sudistes l’acceptent comme pratique courante.

La Floride est également le lieu de résidence privilégié des retraités américains, qui y coulent des jours aussi paisibles qu’ensoleillés. Le voyageur dut-il être étonné de ces résidences spécialisées dans l’accueil des seniors qui, on est en Amérique, pays de la démesure, sont alignées les unes à côté des autres dans les quartiers spécialisés, donnant, à observer les trottoirs, le sentiment de ghettos pour troisième et quatrième âges. Il n’en est rien, tant le formidable entrain des mamies et papis yankees est régénérant !

Cet Etat est enfin le royaume des vacances depuis que Walt Disney y a installé son premier parc d’attractions.

Miami

Aujourd’hui, avec plus de 2 millions d’habitants, Miami est une ville à dimension internationale. Miami n’est pas la capitale de tous les vices. Mais celle des plaisirs. Bénéficiant de conditions climatiques idéales, la première ville de Floride joue la carte des vacances et de l’insouciance. Plage immense (Miami Beach), bordée de palaces étoilés, port aménagé en vaste centre commercial, au profit des vacanciers qui embarquent à bord de paquebots géants pour les Bahamas voisines, véritable salon de la décapotable le long d’avenues plantées de palmiers… Et des quartiers plaisants où il est de bon ton de porter le maillot échancré sur un bronzage annuel, ou le short avec des jambes de star. Futile, frimeuse et légère, Miami n’est jamais aussi belle que lorsqu’elle fait son cinéma. On relèvera que la méthode Coué a du bon.

En effet, la ville qui mettait en avant un art de vivre aussi léger que brillant, faisant croire à l’Amérique qu’elle était l’Etat du temps libre, et comment sacrifier à tous ses plaisirs entre pause sur la plage, verre en terrasse et promenade en décapotable de luxe, est effectivement devenue l’une des capitales américaines de la mode (nombreux castings et séances photos permanentes dans les différents quartiers ou sur la plage), des séries télévisées (depuis Miami Vice ), du show business (en particulier pour la musique latino ). Sans omettre tous ceux qui, comme jadis Gianni Versace, ou, aujourd’hui, Julio Iglesias, Madonna ou Mary Pierce, y entretiennent une de leurs résidences principales. En une dizaine d’années, la ville y a puisé une authentique dynamique, dont elle tire une part substantielle de ses richesses. Et devient visite obligée de tout voyage en Floride, afin d’approcher les mythes qu’elle a, elle-même, inventés.

Bling bling à Miami

Oublié le temps où Miami abritait des cohortes de retraités américains installés ici pour se faire caresser par les douceurs d’un éternel été. Depuis une dizaine d’années, la ville a fait sa révolution. Qui dit soleil dit aussi lumière. Les photographes ont dessiné ici leur paradis pour papier glacé. Qui dit mannequins dit aussi restaurants, night-clubs et la cohorte des tentations qui débarquent. Le monde de la frime a suivi avec ses plaisirs aussi clinquants qu’éphémères. Qui dit flambe dit aussi tentation des artifices auprès de tous ceux qui veulent être vus. Après les Latinos aux tignasses gominées, ce sont les rappeurs qui ont débarqué. Hummer jaune d’or, grosses chaînes bling bling, dents de diamant et cours de filles en extase. Miami est aujourd’hui la capitale annuelle de tous ceux pour qui claquer des liasses de dollars est un art de vivre. Une dérision aussi. Se contenter de regarder. Eviter de suivre. Le jeu est perdu d’avance car passée la nuit, le petit matin se charge de redistribuer les cartes.

Little Havana

L’agglomération compte 2 millions d’habitants, la moitié estd’origine hispanique… En effet, Miami abrite la première communauté cubaine (400 000) installée hors de l’île de Fidel Castro. Elle a apporté ses us et coutumes dans le quartier de Little Havana, autour de calle Ocho, une vraie rue de La Havane transportée en Floride, avec ses fumeurs de cigares, ses gazettes en espagnol et ses bars où coulent le mojito et le daiquiri ! Il y a même une authentique fabrique de cigares sur place, la Gloria Cubana.

Cuban Museum of Art and Culture

1300 SW, 12e Avenue. Ouvert tlj de 10 h à 17 h, entrée payante.

Un musée qui expose des travaux d’artistes cubains et permet de mieux se familiariser avec la culture et l’art cubain.

Maximo Gomez 

Park1444 SW, 8th St. Ouvert tlj de 9 h à 18 h.

Ce petit parc est l’endroit où les Cubains aiment se réunir pour jouer aux dominos, leur distraction favorite.

Arts-Deco District

Le quartier préféré des visiteurs demeure the Arts-Deco District, situé sur la presqu’île de Miami Beach. Il rassemble plusieurs pâtés de maisons délicieusement restaurées, essentiellement situés entre 6th St et 15th et au-delà, dans lesquelles se sont installées agences de mannequins et studios de mode. D’où sa population, qu’on dirait tout droit sortie d’un magazine ou d’une série télévisée ! La promenade sur Collins Avenue ou Ocean Drive(au niveau de la 11th Street, la splendide villa Casa Casarina qui appartenait à Gianni Versace) offre un joli coup d’œil sur les immeubles aux façades pastel.

Miami tire une légitime fierté de ce quartier. Commencée il y a nombre d’années, elle peinait à trouver les généreux mécènes. Le succès est tel qu’aujourd’hui tous les nouveaux arrivants souhaitent y résider, que chaque entreprise qui s’installe à Miami exige d’y ouvrir ses bureaux ou ses vitrines, et nul visiteur ne manquerait sa découverte. Du coup, ce quartier d’incontestable beauté rassemble tout ce qui fait la vie de Miami : visages connus du petit ou du grand écran, musiciens de rue, vitrines des grandes griffes, restaurants à la mode… Sans oublier le charme des trottoirs sur lesquels défile la mode la plus excentrique. Une importante communauté gay s’est également établie dans le quartier.

Bass Museum of Art

2121, Park Avenue. Ouvert tlj sauf lundi de 10 h à 17 h, dimanche à partir de 13 h. De 13 h à 21 h les 2e et 4e mercredis du mois. Entrée payante.

Essentiellement consacré à la peinture du XIVe au XIXe siècle, ce musée présente aussi des expositions temporaires, de vieilles peintures de maître, sculptures, textile, mobilier d’époque, et objets d’art.

The Wolfsonian

1001, Washington Avenue. Ouvert les lundi, mardi, vendredi et samedi de 11 h à 18 h ; le jeudi jusqu’à 21 h et le dimanche de 12 h à 17 h.

Fermé le mercredi. Entrée payante sauf le jeudi de 18 h à 21 h.

Le magnat d’affaires de Miami, Mitchell Wolfson Jr., a fait don de son impressionnante collection de plus de 70 000 objets d’origine américaine et européenne consacrée aux arts décoratifs sous toutes ses formes et couvrant la période de 1885 à 1945.

Arts-Deco

Le quartier Arts-Deco de Miami compterait environ 800 immeubles. Ils ont, pour la plupart, été construits dans les années trente. Formes rondes assagies par le jeu des perpendiculaires, sobriété des décors, figures de néons… Ce quartier était à l’abandon jusqu’à ce qu’une poignée de passionnés rassemblent leur énergie et leurs capitaux, en 1976, pour restaurer ce quartier unique au monde. Immeubles rétablis dans leur dignité, façades repeintes de frais, du vert tendre au bleu ciel en passant par le blanc éclatant, le jaune paille et le rose acidulé. Le monde de la mode s’est aussitôt installé dans ce quartier si photogénique. Les boutiques, les bars et les restaurants ont suivi. Les touristes en assurent désormais la fortune, profitant d’une animation qui se développe chaque jour entre la fin de la matinée (petits déjeuners en terrasse) jusqu’au bout de la nuit, à l’abri de ses night-clubs.

Art Deco Hotels Ocean Drive By: Phillip PessarCC BY 2.0

Suivez le guide !

Chaque dimanche un magnifique marché aux fleurs exotiques se tient sur Lincoln Road Mall, nouveau quartier branché.

Coconut Grove

Autre quartier, autre style, autre population. Coconut Grove, également en bord d’Atlantique, est le plus huppé de Miami. On y visite la marina, afin de rêver devant les yachts américains qui rivalisent de grandeur, de luxe et donc de prix, ainsi que the Coco Walk(3015, Grand Avenue),centre commercial et de loisirs, centre tout court du quartier, où les belles viennent faire un shopping de grandes griffes en descendant d’un cabriolet rouge Ferrari.

La villa Vizcaya

3251 S, Miami Avenue. Ouvert tlj sauf lundi de 9 h 30 à 16 h 30. Entrée payante.

Surtout, on ne manquera pas la visite de ce palais italien du meilleur goût et du plus grand luxe, bâti au début du siècle par James Deering, constructeur de machines agricoles, entouré d’un jardin superbe. Un bel exemple de la manière dont les grandes fortunes yankees ont transporté de l’autre côté de l’Atlantique les merveilles du Vieux Continent ou, du moins, leur esprit. C’est enfin, pour le visiteur, l’occasion de s’offrir un frisson de milliardaire, raffinement compris, pour quelques dollars de plus.

Coral Gables

On peut encore se promener à Coral Gables, quartier résidentiel élégant dont l’artère principale, Coral Way, est appelée Miracle Mile.

Venetian Pool

2 701, De Soto Boulevard. Ouvert tlj de 11 h à 19 h 30, week-end jusqu’à 16 h 30. Entrée payante.

Piscine de plein air qui joue avec les bassins à différents niveaux, les cascades et un environnement naturel de pierres.

Parrot Jungle

11000 SW, 57e Avenue. Ouvert tlj de 9 h 30 à 18 h. Entrée payante.

C’est une incroyable volière, où abondent pélicans, flamants et autres perroquets dont les mieux dressés donnent un véritable concert !

Miami Vice

La police de Miami n’aime pas qu’on mette en cause sa réputation. Dans un Etat par lequel transite selon certaines estimations plus de la moitié des drogues dures qui entrent aux Etats-Unis, où une bonne partie de la population caraïbe et sud-américaine séjourne illégalement, où certains dépensent sans compter pendant que d’autres cherchent un toit, elle est tout sauf oisive. D’autant que les petits malfrats ont commencé à s’en prendre aux touristes (plus de 40 millions par an), repérés grâce aux plaques d’immatriculation des voitures de location, différentes des autres. Plusieurs agressions et morts d’étrangers ont défrayé la chronique entre 1990 et 1996. Les plaques ont été banalisées. L’assassinat du couturier italien Gianni Versace, devant sa Casa Casarina d’Ocean Drive, fin 1997, a jeté à nouveau une lumière crue sur les vices de Miami. Plus vigilante que jamais, la police veille et agit en délivrant des conseils de sécurité, en distribuant aux nouveaux venus des cartes de la ville qui indiquent les quartiers à éviter, en recommandant les itinéraires pour rejoindre les hôtels. Sans tomber dans la paranoïa, la vigilance reste néanmoins de mise.

 

Le centre-ville

Le centre de Miami, entre l’océan, Biscayne Boulevard et Flagler Street. C’est ici que, dans ses tours, la ville abrite son Administration, ses grandes entreprises et ses centres commerciaux.

Bayside Marketplace

Cette vaste galerie de plein air sur deux niveaux est animée de plusieurs restaurants, de bars, de jeux pour les plus jeunes et de mille manières de dépenser son argent pour leurs parents. La plupart des grandes griffes de la mode américaines (The Gap, Timberland, Victoria’s Secret, etc.) y ont leur vitrine, tout comme les fournisseurs d’articles de sport, les principaux distributeurs de disques, de hi-fi ou les grandes marques de chaussures. On y trouve même un étonnant magasin d’animaux empaillés (y compris lions et éléphants !). Concerts gratuits chaque fin d’après-midi sur l’esplanade de la galerie. Ce site permet d’admirer le départ des paquebots de croisières qui, généralement le samedi, quittent Miami et ses pontons, tout proche de Bayside, pour les Bahamas et les Caraïbes.

Miami from The Venetia By: Ines Hegedus-GarciaCC BY 2.0

Les parcs de l’Ouest

Les parcs de l’Ouest

480 € TTC - 10 jours / 9 nuits

Découvrez les sites parmi les plus époustouflants des ... Voir le détail

Autotour Route 66

Autotour Route 66

685 € TTC - 15 jours / 14 nuits

Partez en autotour sur la célèbre route 66 en passant Voir le détail

La Louisiane authentique

La Louisiane authentique

745 €- 8 jours / 7 nuits

Venez découvrir les mystérieux bayous, les plantations et ... Voir le détail

Le meilleur du New-York State

Le meilleur du New-York State

1065 € - 10 jours / 9 nuits

Découvrez un Etat riche et intéressant. Au programme : ... Voir le détail