Infos et réservations au 01 45 65 36 50 usa@tangka.com

La Louisiane et le Mississippi : Baton Rouge, Lafayette...

La Louisiane et le Mississippi : Baton Rouge, Lafayette…

 
 
 

 

Baton Rouge

La capitale de la Louisiane n’a pas le charme de La Nouvelle Orléans. Moins touristique, elle compense avec l’ambiance que créent les étudiants de son université, la Louisiana State University (LSU). Par ailleurs, centre d’une vaste région où abondaient les plantations, la ville est un excellent point de départ pour les visites des domaines sucriers ou cotonniers du vieux Sud.

The State Capitol

State Capitol Drive. Ouvert tlj de 8 h à 16 h. Entrée libre.

Comme dans chaque capitale américaine, on s’attarde autour du State Capitol. L’immeuble qui abrite le Visitors Center ainsi que l’administration de la Louisiane est relativement moderne (voir lors d’un voyage USA). On peut accéder au 27e étage pour bénéficier de la meilleure vue sur Baton Rouge.

Rural Life Museum

2600, Essen Lane. Ouvert tlj de 8 h 30 à 17 h. Entrée payante.

Installé au milieu d’un vaste jardin, il présente les aspects de la vie en Louisiane à l’époque où le sucre et le coton constituaient l’essentiel de son économie.

Anglo-American Museum

Sur le campus de la Louisiana State University. Ouvert tlj de 9 h à 16 h, le week-end à partir de 13 h. Entrée payante.

Ce charmant musée rassemble peintures et sculptures venues des deux côtés de l’Atlantique.

Magnolia Mount Plantation

2161, Nicholson Drive. Ouvert tlj sauf lundi de 10 h à 16 h, dimanche à partir de 13 h. Entrée payante.

Cette belle maison en bois construite sur pilotis en 1791 est située aux portes de la vile. Son parc regorge de magnifiques magnolias et elle a su conserver un charme authentique.

Nottoway

A 3 km de White Castle. Ouvert tlj de 9 h à 17 h. Entrée payante.

On doit la construction de cette superbe plantation à un riche planteur, John Randolph qui la commanda en 1849 à l’architecte Henry Howard en lui demandant de réaliser la plus grande et la plus belle maison du sud. Le résultat fut cette immense maison de 64 pièces, 22 colonnes et un escalier à trois étages qui fut achevée en 1859. L’intérieur est tout aussi à la hauteur, et pour ceux qui le peuvent, Nottoway est aussi un hôtel.

Rosedown Plantation and Gardens

177 E, Riveroaks Drive. Ouvert tlj de 9 h à 17 h. Entrée payante.

Ce qui est le plus intéressant à Rosedown, ce sont ses jardins avec ses massifs d’azalées, de camélias, ses cèdres et sa magnifique allée de chênes qui en font un des plus prestigieux de Louisiane. On peut regretter que l’accès intérieur de la maison ne soit pas autorisé et qu’il faille se contenter des explications délivrées par des bornes audio (en français).

 

Alexandria

Avec ses 50 000 habitants, Alexandria est au croisement des cultures entre le Nord et le Sud. Posée au bord de la rivière Rouge, qui la sépare de Pineville, elle est la reine de la région des Rapides. On y visite en priorité la maison Kent(3601, route du Bayou des Rapides. Ouvert du lundi au samedi de 9 h à 17 h. Entrée payante), construite en 1796, conservée comme à l’époque et entourée d’un magnifique jardin. Outre la cathédrale du XIXe siècle, dédiée à saint François-Xavier, on y découvre aussi un zoo (Massonic Drive. Ouvert tlj de 9 h à 17 h. Entrée payante) qui rassemble les animaux de la région, plusieurs maisons anciennes et la très intéressante Plantation Tyrone(LA 496. Ouvert tlj de 10 h à 17 h. Entrée payante) édifiée en 1843. Pour conclure, on ira rendre hommage aux pionniers français enterrés au cimetière des Rapides, à Pineville, orné de monuments émouvants.

Acadiens et Cajuns

L’Acadie est une province canadienne où les colons venus de France s’installent dès 1604. Ayant pris possession du Canada en 1713, l’Angleterre doute de la loyauté de cette population francophone en cas de guerre contre la France et chasse les Acadiens en 1755. 2 500 d’entre eux choisissent de se réfugier en Louisiane, Etat français d’Amérique. On les désigne alors sous le nom de Cadiens puis de Cajuns. Souvent pauvres, ils s’installent à l’écart des villes, dans les bayous marécageux. Ils conservent toutefois leur langue, aujourd’hui bien difficile à comprendre, leur religion (catholique) et une musique à base d’accordéon et de vieux français.

 

Lafayette

Elle porte fièrement son nom et revendique le titre de capitale de l’Acadiana, avec sa boulangerie Poupard, son restaurant L’Auberge créole et son Bed & Breakfast Bois des Chênes (en français sur l’enseigne !). Après la visite des quelques centres d’intérêt de cette modeste bourgade, il convient de prendre la route qui conduit à la rencontre du pays cajun.

A Lafayette, on découvre un petit musée, en fait la maison d’Alexandre Mouton, le premier gouverneur de la ville (1122, Lafayette Street. Ouvert tlj sauf lundi de 9 h à 17 h, le dimanche à partir de 15 h), qui nous livre ses aménagements du XVIIIe intacts ainsi que sa collection de costumes de carnaval. On visite également la cathédrale Saint-Jean-Baptiste(914 Saint John Street), dont le parvis est ombragé par un chêne plusieurs fois centenaire. Dans le cimetière, certaines des plus vieilles tombes portent des dédicaces en français.

Il est ensuite temps de parcourir les allées de l’Acadian Village(New Hope Rd. Ouvert tlj de 10 h à 17 h. Entrée payante), afin de s’initier au style du pays, né de la migration des populations francophones, chassées du Canada par le colon britannique. Un village entier est ici présenté avec ses ruelles, ses boutiques et ses artisans. Une autre reconstitution, Vermillonville(1600, Surrey Street. Ouvert tlj de 10 h à 17 h. Entrée payante) offre un survol complet de la culture acadienne, depuis l’habitat jusqu’à la musique et aux différents artisanats.

Enfin, pourquoi ne pas conclure la découverte par une plantation, celle de Chretien Point ?(665, Chretien Point Rd. Ouvert tlj de 10 h à 17 h. Entrée payante).

 

Lake Charles

Lake Charles, qui doit son nom au lac dans lequel elle se reflète, est la plus grande agglomération de l’Ouest acadien…

Musée impérial de Calcasieu

204, rue Sallier. Ouvert tlj sauf lundi de 10 h à 17 h, dimanche à partir de 13 h. Entrée payante.

Il retrace l’histoire de la ville et de sa région dans la maison de celui qui en fut un des principaux artisans, Charles Sellier. Pour le reste, on flâne dans le Carpenters Square, le quartier des charpentiers, un ensemble de maisons anciennes datant des XVIIIe et XIXe siècles qui ne manquent pas de style, avant d’aller sur les rives du lac, qui sont le véritable trésor de la région. Paradis pour les pêcheurs, pour les randonneurs ou pour, tout simplement, les amoureux de l’état sauvage, ce plan d’eau est une réserve naturelle. L’observation des oiseaux y est d’une formidable richesse. Plusieurs sentiers de randonnée balisés en permettent la découverte.

 

Thibodaux

En plein pays cajun, Thibodaux règne depuis 1820 sur la région, le bayou comme on dit ici, de Lafourche. Le village est un vrai modèle de la Louisiane telle qu’on l’imagine sur les bancs de l’école en rêvant du siècle dernier. La chambre de commerce locale organise des tours guidés permettant de voir les belles demeures bourgeoises qui font le charme de l’endroit avec leurs terrasses et leur architecture de bois. On découvre, outre ces bâtisses, la cathédrale et son cimetière, le vieux palais de justice…

Cette visite sera utilement complétée par celle du Centre culturel acadien(Ouvert tlj de 9 h à 17 h. Entrée libre), porte d’entrée du parc national Jean-Lafitte, qui présente un panorama complet de la vie acadienne, essentiellement axée sur les activités artisanales, construction de bateaux, écoute des musiciens, matériel des pêcheurs, etc. La mise en œuvre de ce qui précède se fait à la Plantation Laurel (Laurel Valley. Ouvert tlj de 10 h à 16 h. Entrée payante), ancienne plantation où se cultivait la canne. On y découvre la maison du maître, les communs, le pressoir et même les habitations des esclaves, les fameuses cases-nègres.

 

Houma

Dans le delta du Mississippi, la terre se confond avec l’eau. Ile fragile ici, elle s’étend en mince bande de pâture qui rejoint vite un tapis de nénuphars, un bouquet de palétuviers aux longues racines émergentes. Dans cet univers où solide et liquide jouent comme les pièces d’un magistral puzzle, les bayous, est née la légende cajun, sa musique, son isolement aussi. Houma en est l’un des modèles les plus réussis. Les dépliants touristiques distribués au Visitors Center parlent de la Venise de l’Amérique. Hors la présence de l’eau, la comparaison ne vaut pas. Houma n’est la capitale que des marais qui l’entourent. Ses palais, modestes, dominaient la plantation de coton ou, plus souvent, le petit bourg de pêche à la crevette qui nourrissait une poignée de familles noires.

L’intérêt majeur de l’étape est qu’on y trouve une bonne dizaine d’officines qui proposent des tours guidés (en bateau, en hydravion, à pied, c’est au choix !) dans le bayou, à la recherche de l’aigrette et de l’alligator (un must !) ainsi que de ces habitations retirées du monde où l’étranger est encore accueilli dans un français coloré.

 

Natchitoches

Le Vieux Carré de La Nouvelle-Orléans a sa réplique dans cette bourgade qui s’honore d’avoir accueilli Louis Juchereau de Saint-Denis, chef de la première colonie française de Louisiane, en 1714. En témoigne désormais un quartier de vieilles maisons où le fer forgé le dispute aux balcons de bois. C’est tout l’intérêt de la promenade le long de Front Street, de Jefferson Street ou de Pine Street. On y visite plusieurs de ces monuments, la maison Prudhomme-Rouquier (446, Jefferson Street) ou le magasin général Kaffie-Frederick(758, Front Street), ainsi que le Fort Saint-Jean-Baptiste (130, Moreau Street) ou l’aquarium (LA 1. Ouvert tlj de 8 h à 15 h. Entrée libre) pour ses bassins peuplés de tous les poissons de la région, ainsi que par quelques spécimens d’alligators.

 

Saint Louis

Où cesse l’Est et où commence l’Ouest américain ? A Saint Louis probablement. La ville, la plus grande du Missouri (2,5 millions d’habitants, mais c’est Jefferson City qui est capitale de l’Etat) a été baptisée ainsi par les trappeurs français, en l’honneur de leur roi. Ses premières maisons ont été construites au point de rencontre entre Mississippi et Missouri. Du reste, aux Etats-Unis, on en fait volontiers la « Porte de l’Ouest » comme le dit, en acier et lancé vers le ciel, le Gateway Arch, symbole et fierté de Saint Louis, une gigantesque arche dominée par un poste d’observation à 192 mètres du sol, qui offre une des plus belles vues sur la ville et sa vallée (Ouvert tlj de 8 h à 21 h 30 en été, 9 h 30 à 17 h 30 en hiver. Entrée payante).

Museum of Arts

Forest Park. Ouvert tlj sauf lundi, de 10 h à 17 h, nocturne le mardi 20 h 30. Entrée payante.

D’une étonnante richesse, autant en antiquités qu’en peintures contemporaines, en statuaire bouddhiste ou en masques africains ! La part des impressionnistes français est évidemment prépondérante avec des toiles de Gauguin, Seurat, Manet, Renoir, etc.

Plusieurs autres musées, mais de moindre importance, justifient la visite de Saint Louis, tout comme le zoo (Forest Park. Ouvert tlj de 9 h à 17 h, nocturne le mardi, 20 h. Entrée payante), qui abrite plusieurs milliers d’animaux. Enfin, on ne manquera pas le rendez-vous de Union Station, l’ancienne gare (Market Street. Ouvert tlj de 10 h à 20 h, dimanche à partir de 11 h) transformée en centre commercial géant.

Les parcs de l’Ouest

Les parcs de l’Ouest

480 € TTC - 10 jours / 9 nuits

Découvrez les sites parmi les plus époustouflants des ... Voir le détail

Autotour Route 66

Autotour Route 66

685 € TTC - 15 jours / 14 nuits

Partez en autotour sur la célèbre route 66 en passant Voir le détail

La Louisiane authentique

La Louisiane authentique

745 €- 8 jours / 7 nuits

Venez découvrir les mystérieux bayous, les plantations et ... Voir le détail

Le meilleur du New-York State

Le meilleur du New-York State

1065 € - 10 jours / 9 nuits

Découvrez un Etat riche et intéressant. Au programme : ... Voir le détail